09
Mar
09

Petit lexique des tares de l’internet geek

Les monstruosités de l'internet geek.

Ou comment mettre des « ismes » à la fin des mots.

Petit post sans prétention autre que de mettre en évidence des défauts très répandus, et qui ont une fâcheuse tendance à être banalisés. Je crois être passé par toutes ces étapes à un moment ou à un autre de mon humble parcours sur la toile, le blogisme mis à part.

Fanboyisme : défense aveugle et acharnée d’une licence ou d’un média, sans nuances, ni tolérance vis à vis d’opinions contraires. Le fanboyisme s’observe surtout parmis les amateurs d’univers cultes, comme Star Trek ou Star Wars. Ceux qui en sont atteint ne souffrent pas qu’on puisse critiquer négativement, voir, dans les cas les plus extrêmes, simplement analyser, tout ce qui a attrait à leur univers fétiches.

Complaisance : stratégie visant à rallier à sa cause un maximum de personnes en usant d’arguments simplistes et en flattant les bas instincts de ses interlocuteurs. On peut aussi parler, en un sens très élargit, de démagogie. Une telle méthode s’observe dans bien des cas dans la défense d’une oeuvre commerciale ou au caractère choquant. Dernièrement, Mad Movie en a usé pour promouvoir le film Watchmen.

Trollisme : méthode primaire de rhétorique visant à court-circuiter le dialogue par des messages agressifs, mal rédigés, à caractère insultant, nuisible et tyrannique. L’objectif du troll est l’inverse de celui de la personne de dialogue : il s’agit ici d’instaurer le chaos et de briser toute tentative de consensus. Ainsi, sourd aux arguments adverses, le troll peut multiplier les messages en se paraphrasant, voir en se contredisant, pourvu qu’il arrive à maintenir un antagonisme. Phénomène né sur les chats et les forums, le trollisme s’exporte désormais massivement sur les blogs.

Blogisme : multiplication de messages à caractère futile et court sur un blog, généralement dans le but de donner l’illusion d’une activité foisonnante. Le blogisme s’observe quand, par exemple, les articles se limitent systématiquement à une photo, vidéo ou lien non ou peu commenté. Peu nuisible isolément, le blogisme à grande échelle entraîne un certain nivellement du niveau d’exigence du contenu mis en ligne.

collection

Consumérisme : attitude matérialiste consistant à exercer ses passions sur le mode exclusif de l’achat. Sur internet, le geek est régulièrement tenté par l’achat d’objets se référant à ses univers favoris ou ses passions, quand bien même ceux-ci soient de qualité discutables ou d’un prix honteusement élevé. Peu nuisible isolément, le phénomène du consumérisme à grande échelle encourage les artistes et les industriels à prendre des gens pour des cons et contribue largement à sacraliser l’acte consommatoire.  Certains se sont fait une spécialité de chroniquer ce qu’il faut bien appeler une hystérie, et youtube regorge de vidéos de déballage de courses.

Agéisme :
discrimination générationnelle. Beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit chez les geeks, l’agéisme s’exerce principalement par la raillerie des nouvelles références et pratiques, et dans l’idôlatrie des anciennes (et vice versa). Exemple désormais classique : tourner en dérision les amateurs de la série Naruto, alors que ce manga, il est temps de le rappeler, a un niveau (scénaristique, narratif,…) nettement plus élevé que la saga Dragon Ball qu’on lui oppose (et c’est un fan de Végéta qui vous parle).

Nostalgisme :
culte idôlatre d’oeuvres et de pratiques passées, associées à son propre vécu. Chaque génération de geek a ses références prétenduemment indétrônables, associées à des instants d’enfance, où tout était tellement plus simple et beau. Le nostalgisme entraîne souvent une défiance, voir une haine systématique du présent, et parasite la vision de celui qui en est atteint, l’empêchant de voir la richesse et la saveur de ce qui existe maintenant. Comme nous l’a dit Alexandre Astier : Ce n’est pas Goldorak qui compte

Whinisme :
critique à outrance d’une oeuvre ou d’une pratique généralement populaire. On peut parler de whinisme (l’ourson!) quand la critique se fait extrêmement pointilleuse et vaine. Exemple : se plaindre des déséquilibres de classes dans WoW (bon en même temps, j’avoue, le DK, le palouf et le druide, c’est cheaté…). Autre exemple : faire un poste pour se plaindre des tares de l’internet geek… ?

Publicités

3 Responses to “Petit lexique des tares de l’internet geek”


  1. mars 9, 2009 à 16:41

    en réponse à la dernière phrase> Que quelqu’un appelle la waaaaambulance.

    Et le fait de sortir des mèmes et du langages de messageboard à tout bout de champ et pour tout commenté, même oralement, on appelle ça comment? :p

    Article sympa, moins trollant que les étude d’otaques de Gemini sur le blog Carambar. C’est précis et donc ça n’implique pas une généralité.
    J’ai fait preuve de fanboyisme Nintendo quand j’étais en primaire-collège. Enfin, dans cette période de la vie, on a tous été fanboy de quelquechose. Faut que avec le contexte vidéoludique qu’on a eu avec Nintendo vs Sega et Sony l’outsider, le choix d’une écurie pour s’y fidéliser était tentant. Et ça n’a pas tellement changé aujourd’hui (quoique, avec les softs multiplateformes…).
    Et bien sûr, du fanboyisme découle de le trollisme, puis la complaisance. Et avec la Wii, beaucoup de whinisme. ^^
    Mais je dis pas ça par nostalgisme et agéisme. Je suis encore trop jeune pour ça.

  2. 2 brotch
    mars 9, 2009 à 17:47

    J’ai faillit faire une définition de sectarisme justement pour pointer l’aptitude hallucinante des geeks à produire des codes linguistiques et communicationnels nouveaux toutes les deux minutes. Et puis, en écrivant la définition, je me suis rendu compte que ça n’était jamais tout à fait gratuit, et n’avait pas pour but d’exclure les gens. Exemple : sous WoW le lexique à coups d' »agro », de « mobs », etc… répond avant tout à l’impératif de réactivité. De même, les mèmes sont une forme d' »humour à partager », très adaptée au web, et quiconque en comprend les arcanes doit reconnaître que c’est plutôt fun. Si on doit parler de sectarisme, ce serait seulement pour qualifier certains serveurs CS/UT/W3 (essayes de faire un Dota All Star pour le fun… tu te feras ban en deux minutes rien que parce que tu aura pas choisis un bon héros en début de partie -__-) ou de certaines guildes de MMO. Le phénomène étant donc plutôt du côté des gamers que du net proprement dit, je me suis dit que la définition était pas forcément à sa place.

    L’idée de ce petit lexique est justement de ne pas tomber dans l’étiquettage (troll, vieux con, etc…), pour parler des défauts, des attitudes. Car au fond, nous avons tous un troll ou un vieux con bien planqués en nous, qui n’attendent que le moment propice pour ressurgir.

  3. juin 29, 2009 à 15:09

    je me sens moins geek du coup..


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :